SMA PERES BLANCS au service de la PAIX et du dialogue INTER RELIGIEUX

Agrandir Dézoomer Lire plus tard Impression

Ayant plus de 500 membres sur le terrain, les Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) sont quotidiennement témoins d’exactions, de violence, de corruption, d’exploitation, de destruction de l’environnement, de conflits tribaux ou religieux… Leur spiritualité évangélique les conduit à s’engager résolument pour promouvoir la paix, la réconciliation

Ayant plus de 500 membres sur le terrain, les Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) sont quotidiennement témoins d’exactions, de violence, de corruption, d’exploitation, de destruction de l’environnement, de conflits tribaux ou religieux… Leur spiritualité évangélique les conduit à s’engager résolument pour promouvoir la paix, la réconciliation et le dialogue, non pas par des grandes déclarations ou des congrès, mais plus simplement par une éducation au respect mutuel, à la prévention des conflits, au dialogue interreligieux. Leur présence de proximité sur le terrain leur donne en effet une connaissance des gens et des milieux qui leur permet de mettre sur pied des programmes de formation adaptée dans ces divers domaines.

Ils le font de diverses manières : s’inspirant de l’enseignement du Pape François sur la justice, sur l’écologie, sur le sort des migrants, sur le dialogue interreligieux… ils s’efforcent d’éclairer et de motiver leurs paroissiens pour qu’à leur tour, ceux-ci sensibilisent leurs concitoyens aux questions d’injustice, de mauvaise gouvernance, d’exploitation éhontée des enfants, ou de détérioration de leur environnement. Ce faisant, ils les invitent à changer leur propre comportement, et aussi à militer auprès des autorités religieuses, politiques ou gouvernementales locales. On peut donner l’exemple de sessions de prévention de conflit, de rencontres inter-religieuses, de campagnes de sensibilisation à l’écologie, de programmes œcuméniques dans les écoles, de programmes d’action communs à plusieurs églises, de participation à des manifestations contre la corruption, …

Ce travail à la base, suppose que les missionnaires soient formés dans ces domaines, et qu’ils disposent de lieux de ressourcement. C’est ainsi que tous les candidats Pères Blancs sont d’une part formés à l’enseignement de l’Eglise sur la justice, sur la recherche de la paix, et sur le dialogue intereligieux, et d’autre part, initiés sérieusement aux sciences sociologiques et économiques qui leur permettront d’analyser sereinement les situations concrètes et de s’engager de manière lucide et rationnelle. Ce programme de formation comprend également une étude approfondie de l’Islam et des religions traditionnelles africaines.

En outre la Société des Missionnaires d’Afrique a initié un nombre d’instituts spécialisés. Citons par exemple l’institut Pontifical d’Islamologie de Rome, L’institut des Belles lettres arabes de Tunis, les Centres d’étude islamologiques de Nairobi ou de Bamako, le Centre Jean Paul II de Kampala, et divers centres culturels, tels le Centre de recherche sur la culture Sénoufo de Sikasso ou le Centre Foi et Rencontre de Lusaka. Ces centres proposent des formations plus ou moins longues, et publient régulièrement des revues et des livres, depuis des publications de niveau académique, jusqu’à des publications destinées au grand public ou aux enfants.

Finalement, les Missionnaires d’Afrique s’engagent eux-mêmes à avoir un comportement exemplaire tant en ce qui concerne les relations humaines qu’en matière de protection de l’environnement.



Première photos: réunion de formation à la non violence.
Deuxième photo: Centre de formation culturel SENOUFO  à SIKASSO au Mali.