FONDATION TERRE DE LIENS
Organisme habilité à recevoir Dons, Legs et Donations. Reconnu d’utilité publique en mai 2013.


ACTIONS ET OBJECTIFS

La Fondation Terre de Liens a été crée en 2013 pour protéger nos terres agricoles pour les générations à venir.


Reconnue d'utilité publique, elle gère ce patrimoine de manière désintéressée avec pour seuls objectifs de perpétuer la vocation agricole des terres, de prendre soin des lieux et des ressources naturelles, en installant des paysans et paysannes en agriculture biologique.


La Fondation Terre de Liens est habilitée à recevoir des legs et donations de toute nature (bien immobiliers, assurance vie) et elle est la seule fondation en France à avoir pour mission d'accepter et préserver des fermes sans jamais les revendre.

Coordonnées :

25, quai André Reynier
26400 CREST

Tél : 09 70 20 31 00

Présidence :

Franck BERNARD

Responsable :

Responsable legs et donations : Emmanuel JACCAUD - Tél. : 09 70 20 31 00
Notre actualité sur Facebook®


Notre actualité sur Twitter®

Avec Terre de Liens, des citoyens font pousser des fermes !

Constater l’effritement

Convoitées, surexploitées et exposées à la spéculation immobilière, les terres agricoles, socle de notre alimentation et de nos paysages, se font de plus en plus rares dans l’Hexagone. Les modèles agricoles intensifs et l’usage de produits phytosanitaires remplacent une agriculture paysanne de qualité avec pour conséquences des paysages, des sols et des ressources naturelles qui se dégradent au fil des jours. Plus grave, un petit nombre d’exploitations continuent de s’agrandir en accaparant la ressource foncière, au détriment de jeunes agriculteurs qui se découragent face aux difficultés d’installation. Ce contexte ne permet plus la transmission intergénérationnelle, grippe les dynamiques agricoles en milieu rural et péri-urbain, et contribue au dépeuplement des campagnes.

Sous les effets combinés d’une politique agricole qui favorise l’agrandissement des fermes et l’intensification des productions, et d’un modèle d’habitat individuel trop consommateur d’espaces agricoles, la terre subit trois phénomènes dont l’ampleur est inédite dans l’histoire :

  • La terre disparaît littéralement sous nos yeux. 60 000 hectares sont bitumés ou bétonnés tous les ans en France. Ces terres fertiles sont artificialisées de manière irréversible : construction de routes, de centres commerciaux, d’ensembles immobiliers, de parcs de loisirs, etc. À ce rythme, l’équivalent d’une surface comme Paris disparaît tous les deux mois, un département tous les 7 ans.

  • Le nombre de paysans diminue rapidement. Chaque semaine en France, 200 sièges d’exploitation disparaissent. La terre se concentre ainsi aux mains de quelques-uns, et au détriment de la plupart. Cet accaparement des terres bénéficie souvent à de grandes exploitations agricoles ayant fait le choix de cultures intensives et peu tournées vers les besoins alimentaires locaux.

  • La spéculation foncière gagne du terrain. Des terres de moins en moins disponibles et des prix en constante augmentation rendent particulièrement difficile l’installation des jeunes agriculteurs.


Agir concrètement pour protéger les terres agricoles

Notre action principale passe par l’acquisition de fermes qui vont rejoindre le réseau des fermes Terre de Liens. Ces terres sortent définitivement du marché spéculatif, sont assurées d’être maintenues à long terme dans leur vocation agricole et sont prêtes à accueillir de nouveaux agriculteurs aux pratiques agricoles respectueuses des sols et de l’environnement.

Pour acquérir des fermes, Terre de Liens intervient via ses deux structures financières, la Foncière et la Fondation. Après un travail minutieux (analyse des coûts, conformité du projet agricole aux orientations poursuivies par le mouvement, viabilité du projet d’installation...), les comités compétents décident d’acheter des terres ou d’accepter une donation ou un legs.

Dans un cas comme dans l’autre, Terre de Liens devient propriétaire. Ces fermes sont mises en location à des paysans et paysannes aux pratiques respectueuses de la nature et des ressources naturelles. Ceux-ci sont déchargés du poids de l’achat foncier, obstacle majeur à l’installation agricole.

Ces terres ne sont pas revendues et Terre de Liens n’en tire aucun bénéfice. Lorsqu’un fermier décide de quitter les lieux ou lorsqu’arrive le moment de sa retraite, la ferme ne change ni de propriétaire ni d’affectation : elle est alors louée à un autre paysan qui prendra la relève. Ce mécanisme permet d’assurer un passage de relai et d’éviter les risques de disparition liés à la vente des terres.


Ces ingénieurs deviennent paysans et sauvent une ferme de la destruction: